Articles de recherche

(English) Virtual Empathy as an Influence Factor of Road Safety Prevention Messages' Reception

Version 1
Date ajoutée 17 juin 2014
Téléchargé 0 times/fois
Catégorie 2014 CMRSC XXIV Vancouver
Tags Research and Evaluation, Session 6A
Author/Auteur Pénélope Daignault, Marion Reny-Delisle, Emmanuelle Gagné
Stream/Volet Research and Evaluation

Résumé

Au Québec, les accidents de la route comptent parmi les plus importants problèmes de santé publique. Pour tenter de les prévenir, de nombreuses interventions sont mises en œuvre, dont des campagnes de sensibilisation, auxquelles nous nous intéressons. Ces campagnes de sécurité routière (SR) sont élaborées suivant une approche de marketing social dont le but est d’influencer un public cible pour qu’il adopte des comportements plus socialement acceptables (ex. : port de la ceinture de sécurité, conduite sans facultés affaiblies, respect des limites de vitesse, respect des règles concernant le cellulaire au volant).

Il est généralement admis que certaines variables liées au récepteur, telles que les différences individuelles de la personnalité, influencent le traitement et la réception d’une communication persuasive (Georget, 2005 ; Petty & Briñol, 2008), a fortiori des messages de SR. Parmi ces variables individuelles, nous nous intéressons précisément à l’empathie, définie comme « la capacité à se mettre dans la peau de l’autre, à imaginer la façon dont il se sent, à comprendre et partager ses émotions, tout en conservant la conscience de soi-même » (Daignault, 2007 : 74). À notre connaissance, peu de recherches ont posé la question du rôle de l’empathie dans les processus de persuasion. Nous pensons cependant que la capacité d’un individu à s’identifier aux émotions et aux attitudes d’autrui et à se projeter dans une situation donnée – le cas échéant, dans un scénario publicitaire de SR – pourrait avoir une influence réelle sur sa réception. Cette empathie virtuelle, que nous avons définie et opérationnalisée au sein d’un questionnaire validé dans une étude antérieure, se distingue de l’empathie issue d’une interaction face à face, ne serait-ce qu’en raison d’un filtre médiatique qui sépare le récepteur des protagonistes auxquels il est susceptible de s’identifier.

La présente étude vise à tester empiriquement l’influence de l’empathie virtuelle – tant comme trait de personnalité que comme réponse à un stimulus – dans le processus de réception de messages de SR. En tout, 75 sujets ont pris part aux séances expérimentales qui consistaient à visionner 6 messages audiovisuels de SR français (3) et québécois (3) portant sur les thèmes de la vitesse, de l’alcool et du cellulaire au volant – tous axés sur la présentation réaliste d’une menace. Nous avons eu recours au questionnaire susmentionné pour mesurer le trait d’empathie virtuelle des répondants, que nous avons ensuite divisés en fonction de leur niveau d’empathie (faible/modéré/élevé). Deux autres techniques de collecte de données ont été utilisées : 1) la technique de l’évaluation continue, permettant d’évaluer le niveau d’identification émotionnelle et cognitive des sujets au fur et à mesure de leur exposition; 2) le listage d’idées, qui consiste à écrire toute pensée qui a surgi durant l’exposition publicitaire de manière à évaluer le type de traitement de l’information effectué. Les données issues des divers outils de mesure seront mises en relation de manière à répondre à la question du rôle de l’empathie virtuelle dans la réception de messages de SR. Dans le cadre de cette communication, les résultats préliminaires seront présentés.

Pénélope Daignault, Marion Reny-Delisle, Emmanuelle Gagné