Articles de recherche

(English) Side Impact Tests on Corroded and Non-Corroded Transit Bus Frames

Nom de fichier 3A-Michael-J.-Macnabb.pdf
Taille du fichier 315 KB
Version 1
Date ajoutée 8 mai 2011
Téléchargé 3 times/fois
Catégorie 2011 CMRSC XXI Halifax
Tags Session 3A
Author/Auteur Michael J. Macnabb, Randolph Baerg

Résumé

Lors d'une inspection de routine, une commission de transport canadienne a trouvé beaucoup d'humidité et d'eau libre emprisonnées derrière les panneaux latéraux de vieux autobus à plancher surbaissé. La corrosion avait attaqué les longerons longitudinaux, laissant des zones gravement endommagées surtout à l'intersection du bas de caisse et des montants diagonaux et verticaux. La corrosion avait perforé complètement certains montants et la commission de transport craignait que la détérioration ne soit suffisante pour créer une zone de faiblesse en cas de collision latérale, ce qui soulevait la question de la résistance à l'impact et de la sécurité des occupants. Ni aux É.-U., ni au Canada, il n'existe de norme fédérale de sécurité automobile conformément à laquelle on examine la corrosion du châssis dans le cadre d'essais de conformité du véhicule. Par ailleurs, il n'existe aucun critère de mise hors service uniforme parmi les organismes d'une province ou d'un État à l'autre et même la Commercial Vehicle Safety Alliance (CVSA) est ambiguë pour ce qui est d'un niveau acceptable de corrosion du châssis. Pour avoir un niveau élevé de diligence requise en termes de sécurité publique, la commission de transport voulait déterminer l'étendue de l'affaiblissement du châssis et le comparer à un châssis intact au moyen d'essais au choc.

Deux autobus similaires ont été testés : l’un avec un châssis rouillé et l'autre avec un châssis intact. Plusieurs parties du châssis rouillé ont été fragilisées davantage pour reproduire le pire cas relevé dans le parc automobile. Après préparation, les panneaux latéraux ont été remontés de façon à avoir une condition de service normal. En outre, un panneau latéral a été remplacé par une plaque d'acier de 6,35 mm (¼") d'épaisseur, un type de réparation potentiel pour un châssis rouillé.

On a utilisé un banc d'essai pendulaire pour reproduire l'impact d'un véhicule heurtant l'autobus de côté et des essais de choc ont été effectués des deux côtés de l’autobus. On a calculé les forces d'impact et mesuré la déformation pour chaque impact. Des accéléromètres ont été placés sur le plancher et les sièges de chaque autobus et un mannequin a été assis sur le siège proche du point d'impact. On a filmé chaque impact avec une caméra à grande vitesse et une caméra normale.

Les résultats ont montré une moins grande intrusion et des accélérations latérales plus élevées sur le châssis non rouillé. Cependant, les blessures prévues des occupants seraient minimes dans les deux conditions.

Michael J. Macnabb, Randolph Baerg