Articles de recherche

(English) Should we be aiming to engage drivers more with others on-road? Driving moral disengagement and self-reported driving aggression

Nom de fichier 6C-Lennon-FP.docx
Taille du fichier 89 KB
Version 1
Date ajoutée 29 juin 2016
Téléchargé 10 times/fois
Catégorie 2016 CARSP XXVI Halifax
Tags Gagnant du prix Dr. Charles H. Miller , Research and Evaluation, Session 6C
Author/Auteur Jasmine Cleary, Alexia Lennon, Alison Swann
Award/Prix Dr. Charles H. Miller Award
Stream/Volet Research and Evaluation

Résumé
Les comportements de conduite agressive peuvent être associés à un risque accru d'accident dans des situations où les conducteurs ont des comportements plus risqués tels que suivre de trop près. Il apparaît également que de nombreux conducteurs qui ne se considèrent pas normalement colérique ou agressif rapportent se livrer à des actes de conduite agressive. Des études qualitatives ont suggéré que les conducteurs expliquent ces comportements en faisant référence à des représailles ou croyances justifié que ces actes inculqueront aux autres conducteurs une « leçon » ou encore leur apprendra à démontrer de meilleures manières ou une étiquette de conduite de meilleure qualité.

Les conducteurs peuvent aussi faire valoir que leur comportement n'a pas d’impact négatif sur les autres. Ces descriptions de motifs portent une forte ressemblance avec les mécanismes psychologiques de désengagement moral. Le désengagement moral s’observe quand les individus se détachent de leurs processus d’autoréglementation habituel ou de leur moralité afin de se comporter de manière ayant à l'encontre de leurs valeurs morales normales. Le désengagement moral offre une explication potentielle sur la façon dont des personnes apparemment «bonne» ou de bonne morale commettent des actes « mauvais » ou ont des comportements immoraux. Les catégories de désengagement moral sont: la mésinterprétation cognitive du comportement (par exemple en matière d'étiquetage euphémisme); déconnexion avec la cible (par exemple attribuer le blâme à la cible); et la distorsion ou négation de l'impact du comportement.

Un sondage en ligne auprès d'un échantillon de commodité de conducteurs (N = 294) a été utilisé pour explorer l'utilité potentielle du désengagement moral pour expliquer l'agression de conduite auto-déclarée au-delà de l’explication fournie par les concepts normalement associée à l'agression auto rapporté sur la route.
Une analyse de régression hiérarchique a été utilisé avec des mesures de colère trait, la colère pendant la conduite (DAS), le désengagement moral, et le désengagement moral lors de la conduite (une adaptation de la mesure de désengagement moral pour le contexte de la conduite). Les résultats ont révélé qu’ensemble, les variables indépendantes expliquent 37% de la variation de l'agressivité auto déclarée lors de la conduite (telle que mesurée par l'échelle d’expression colérique de conduite [Driving Anger Expression scale, DAX]). Le désengagement moral lors de la conduite était un prédicteur important de l'agression de conduite (p <0,001) après la prise en compte de la contribution de l'âge, du sexe, de la colère lors de la conduite, et le désengagement moral lors la conduite. De plus, l’inspection des poids bêta a suggéré que le désengagement moral envers la conduite (bêta = 0,57) était le meilleur prédicteur pour cet échantillon, représentant 20% de la variance unique dans l'agression lors de la conduite (SR2 = .20). Les résultats suggèrent que les conducteurs ayant des tendances plus élevés envers le désengagement moral dans le contexte de la conduite peuvent répondre aux autres de façon plus agressive sur la route. En outre, le désengagement moral lors de la conduite a apparemment ajouter à notre compréhension de la raison pour laquelle certains pilotes en colère ne répondent pas de manière agressive sur la route tandis que d'autres le font. Les pistes de solution cherchant à empêcher l'activation du désengagement moral du conducteur pendant la conduite devraient être explorées comme moyen de réduire les formes non-violente, mais encore potentiellement risquée, d'agression lors de la conduite.