Articles de recherche

(English) Reported Consumption and Presence of Alcohol and Drugs in Québec Drivers

Nom de fichier datanl06.pdf
Taille du fichier 588 KB
Version 1
Date ajoutée 8 juin 2003
Téléchargé 0 times/fois
Catégorie 2003–CCMSR–XIII–Banff
Tags Gagnant du prix Dr. Charles H. Miller , session 9
Author/Auteur Bouchard J, Brault M
Award/Prix Dr. Charles H. Miller

Résumé

Joanne Bouchard and Maxime Brault

Joanne Bouchard and Maxime Brault

Pour la première fois au Canada, des conducteurs interceptés sur route dans le cadre d'une enquête routière ont été invités à fournir, outre leur échantillon d'haleine, un échantillon d'urine. Cette enquête routière réalisée par la Société de l'assurance automobile du Québec a permis d'estimer la prévalence d'alcool et d'autres drogues parmi les conducteurs québécois pour 1999-2000. La prévalence a également été mesurée chez les conducteurs décédés à partir d'avril 1999.

Des 11 952 conducteurs interceptés au hasard sur près de 350 sites représentatifs de la population des conducteurs du Québec, 96,8 % ont accepté de fournir un échantillon d'haleine permettant d'estimer la concentration d'alcool et 5 931 (49,6 %) un échantillon d'urine permettant la détection des drogues à l'étude. Globalement, on estime à 0,9 % la proportion de conducteurs dont l'alcoolémie est supérieure à la limite légale. Pour les périodes de plus grande consommation d'alcool, (mercredi au dimanche, de 21h à 3h) la proportion est de 2,0%, comparée à 3,2 % en 1991. À partir des échantillons d'urine, la présence de drogues a été détectée dans les proportions suivantes: cannabis (6,7 %), benzodiazépines (3,6%), cocaïne (1,1 %), opiacés (1,2 %), barbituriques (0,5 %), amphétamines (0,1 %), PCP (0,03 %). De larges variations ont été observées selon l'heure, le sexe et l'âge.

Parmi les conducteurs décédés, les résultats préliminaires montrent que l'alcool est encore la drogue la plus problématique, puisqu'on la retrouve dans 35 % des cas. On a également trouvé d'autres drogues chez 17,8 % des conducteurs décédés et un mélange drogue-alcool pour 12,4 % des cas. On pourra voir comment la prévalence sur route se compare à celle des conducteurs décédés.

En plus des résultats détaillés sur les prévalences, la présentation dévoilera certaines données obtenues à la suite de l'administration d'un questionnaire aux conducteurs sur route, notamment si la consommation déclarée de drogues ou d'alcool se rapproche de la consommation réelle établie par les analyses toxicologiques.

Bouchard J, Brault M