Articles de recherche

(English) Older drivers in crashes - identifying the safest vehicles and occupant protection technologies

Nom de fichier Langford.pdf
Taille du fichier 323 KB
Version 1
Date ajoutée 6 juin 2010
Téléchargé 1 time/fois
Catégorie 2010 CMRSC XX Niagara
Tags Session 5A
Author/Auteur Jim Langford, Megan Bohensky, Sjaanie Koppel, David Taranto

Résumé

Objet : Les automobilistes plus âgés sont surreprésentés dans les accidents graves qui font des blessés et des morts, ce qui s’explique dans une large mesure par leur fragilité physique et, par voie de conséquence, par leur plus grande vulnérabilité aux blessures. Alors que les technologies de sécurité dans les véhicules se sont révélées bénéfiques pour les automobilistes et les passagers en général, leur utilité pour les automobilistes plus âgés n’a pas fait l’objet d’une très grande attention. Cette communication vise : à apparier les scénarios des accidents qui surviennent aux automobilistes plus âgés et les résultats de leurs blessures aux principales technologies de sécurité; à évaluer l’utilité des cotes de sécurité internationales du Programme d’évaluation des voitures neuves (PEVN) par rapport aux besoins de protection des automobilistes plus âgés.
Méthode : Les données provenaient de la base de données australienne sur les réclamations d’assurance au sujet des automobilistes âgés de 41 à 55 ans (témoins) ou âgés de 65 ans et plus (cas) blessés dans des accidents du 1er janvier 2000 au 31 décembre 2007. Un rapprochement a été établi entre les circonstances des accidents et les régions blessées du corps des automobilistes afin de reconnaître les technologies de sécurité à bord des véhicules qui offrent le meilleur potentiel d’améliorer la protection des occupants. Pour vérifier l’utilité des évaluations du PEVN pour les automobilistes plus âgés, on s’est servi des sites Web des fabricants et d’autres données afin de savoir si les véhicules qui offraient les plus hautes cotes de sécurité étaient équipés de ces technologies de sécurité qui ont un rapport avec les blessures subies par les automobilistes plus âgés.
Résultats : La plupart des accidents résultent d’une collision avec un autre véhicule (70 % des témoins, 68,7 % des cas). Parmi les principales manœuvres, il faut citer : la conduite droit devant (44,6 % des témoins, 42,8 % des cas); et le virage à droite (15,2 % des témoins, 17,6 % des cas). Le point d’impact initial principal était l’avant du véhicule (54,3 % des témoins, 50,3 % des cas). L’avant du véhicule, le panneau avant droit et la portière du conducteur représentaient le point d’impact pour près des trois quarts de tous les automobilistes (71,3 % des témoins, 72,2 % des cas). Il convient de noter que 30,9 % des conducteurs plus âgés ont subi des blessures au thorax contre 18,5 % des témoins. À l’inverse, 30,6 % des témoins ont subi des blessures à la nuque, contre 12,1 % des cas. Compte tenu des scénarios des accidents dominants et de l’issue des blessures, de l’efficacité des technologies et du nombre d’automobilistes affectés, voici les caractéristiques qui ont été jugées prioritaires pour les automobilistes plus âgés : prévention des accidents – freins assistés, systèmes actifs d’atténuation des collisions et contrôle électronique de la stabilité; résistance à l’impact ou protection des occupants – sacs gonflables à l’avant, sacs gonflables à double déploiement, rideaux gonflables, rideaux gonflables protégeant le thorax et la tête et le thorax, et ceintures de sécurité avec prétensionneur/limiteur de charge. Deux des trois principales technologies de prévention des accidents énumérées ci-dessus n’étaient que modérément présentes à bord des véhicules affichant une cote élevée selon le PEVN, la seule exception étant les freins assistés, qui étaient de série dans la plupart des véhicules. En revanche, les technologies de résistance à l’écrasement/de protection des occupants, à l’exception des sacs gonflables à double déploiement, étaient de série dans la plupart des principaux véhicules cotés dans le PEVN.
Conclusions : Les scénarios d’accident et les types des blessures affichent peu de différences significatives entre les cas témoins et les cas réels, à l’exception de la plus grande propension des automobilistes plus âgés à subir des blessures dans la partie supérieure du corps. On en a donc déduit que toute stratégie de communication visant à sensibiliser les automobilistes plus âgés aux caractéristiques de sécurité des véhicules doit continuer d’insister sur les véhicules qui affichent une cote cinq étoiles selon le PEVN et qui contiennent le plus grand nombre possible des caractéristiques suivantes (par ordre de priorité) : sacs gonflables à l’avant; ceintures de sécurité avec prétensionneur/limiteur de charge; rideaux gonflables; sacs gonflables protégeant le thorax/la tête et le thorax; sacs gonflables à double déploiement; systèmes de contrôle électronique de la stabilité et systèmes actifs d’atténuation des collisions. Étant donné que les procédures d’évaluation qui sous-tendent le PEVN sont normalisées dans tous les pays participants, on peut généraliser ces conclusions au-delà du contexte australien.

Jim Langford, Megan Bohensky, Sjaanie Koppel and David Taranto