Articles de recherche

(English) Multimodal Injury Risk Analysis of Road Users at Signalized and Non-Signalized Intersections

Nom de fichier 3A-Strauss_FP_Multimodal-Injury-Risk-Analysis-of-Road-Users-at-Signalized-and-Non-Signalized.pdf
Taille du fichier 333 KB
Version 1
Date ajoutée 16 juin 2014
Téléchargé 10 times/fois
Catégorie 2014 CMRSC XXIV Vancouver
Tags Research and Evaluation, Session 3A, Student Paper Award Winner
Author/Auteur Jillian Strauss, Luis F. Miranda-Moreno, Patrick Morency
Stream/Volet Research and Evaluation
Award/Prix Étudiant 1 Student

RÉSUMÉ

Cet article propose une approche multimodale de la sécurité aux intersections, en étudiant
simultanément la sécurité des déplacements à pieds, en vélo et en véhicule motorisé. L’étude
porte sur un large échantillon d’intersections signalisées (avec feux de circulation) et non
signalisées de l’île de Montréal (Québec, Canada). Les dimensions mesurées sont les volumes
désagrégés de piétons, de cyclistes et de véhicules, les caractéristiques des intersections (ex.
géométrie) et de l’environnement bâti autour des intersections ainsi que le nombre de piétons,
de cyclistes et d’occupants de véhicules blessés. Des modèles d’analyse bayésienne,
multivariés, ont été développés pour décrire les facteurs associés aux volumes d’exposition et
au nombre de blessés, ainsi que pour développer des « safety performance functions » pour
chacun des modes de transport, aux intersections signalisées et non signalisées. Ensuite, le
nombre de blessés et le risque de blessures aux intersections ont été estimés et comparés pour
chacun des modes de transport. Parmi les principaux résultats, cette recherche a permis de
quantifier l’effet, significatif, du volume de véhicules sur le nombre de piétons et de cyclistes
blessés. Le volume de véhicule est le principal déterminant du risque de blessures, pour tous
les usagers de la route, aux intersections signalisées et non signalisées. Par ailleurs, les
résultats soulignent la pertinence de réduire le risque de blessure pour les cyclistes et les
piétons, qui est respectivement 14 et 12 fois plus élevé que pour les occupants de véhicules,
aux intersections signalisées. Enfin, la géométrie des intersections et l’environnement bâti ont
aussi été associés au nombre de piétons, de cyclistes et d’occupants de véhicules blessés aux
intersections.