Articles de recherche

(English) Lower Universal Anchorages and Occupant Safety In Rear Impacts

Version 1
Date ajoutée 15 juin 2000
Téléchargé 0 times/fois
Catégorie 2000 General Meeting BlainVille
Tags Student Paper Award Winner
Author/Auteur Simone Lalande
Award/Prix Étudiant 1 Student

Résumé

Le système d’ancrage universel des dispositifs de retenue d’enfant constitue un nouveau mode d’installation d’un siège de bébé ou d’enfant dans une voiture, qui ne nécessite pas l’utilisation d’une ceinture de sécurité. Ce système, qui se compose d’un ancrage d’attache supérieur et de deux points d’ancrage inférieurs, sera visé par un règlement de Transports Canada. Toutefois, des études préliminaires indiquent qu’un adulte ou un enfant plus âgé assis dans un siège comprenant des points d’ancrage inférieurs risque d’être blessé en cas d’impact arrière lorsque les ancrages sont situés trop à l’avant. La difficulté consistait donc à mettre au point des essais, à intégrer aux règlements de sécurité, afin de parvenir à réduire le risque de blessures chez les adultes. Les constructeurs automobiles auraient le choix de soumettre leurs voitures soit à un essai dynamique d’impact arrière soit à un essai de poussée statique. Il fallait également déterminer le seuil de risque acceptable. Avant d’effectuer des essais, on a procédé à des essais de type pendule afin de s’assurer que la technique de mesure de la pression était appropriée. Puis, on a exécuté dix essais dynamiques d’impact arrière pour mesurer la pression que subissaient les fesses d’un mannequin. Ont suivi 14 essais de poussée statiques en fonction de divers taux de charge afin de simuler de façon exacte un essai dynamique. Ces deux types d’essai démontrent que le seuil du risque de blessure correspond à 13 800 kPa dans les deux cas. Il fallait procéder à des essais de poussée supplémentaires pour déterminer le taux de charge. Pour réduire les coûts des mises à l’essai, on a conçu des procédures d’essai de façon qu’elles puissent s’intégrer aux essais existants déjà en vertu de la réglementation canadienne. Si la pression enregistrée ne dépasse pas 13 800 kPa au cours des deux types d’essai, la voiture est jugée conforme aux exigences du règlement.

Simone Lalande