Articles de recherche

Les enfants belges en voiture: le bilan en 2011

Nom de fichier 21.pdf
Taille du fichier 121 KB
Version 1
Date ajoutée 26 mai 2013
Téléchargé 5 times/fois
Catégorie 2013 CMRSC XXIII Montréal
Tags Session 1B
Author/Auteur Mathieu Roynard, Philippe Lesire, Véronique Herve

Résumé

En septembre 2011, l’Institut belge pour la sécurité routière (IBSR) a mené la première mesure de comportement sur l’utilisation des dispositifs de retenue pour enfants en voiture. Cette étude a été réalisée en partenariat avec le projet européen CASPER. L’objectif était de procéder à l’observation, en conditions réelles, de la manière dont les enfants sont attachés en voiture, de définir l’incidence des mauvaises utilisations et d’évaluer les principales raisons les expliquant. 1 461 enfants ont été observés et les conducteurs interrogés sur 80 sites sélectionnés aléatoirement sur l’ensemble du territoire, représentatifs de différentes typologies de trajet. Il ressort qu’au minimum 50% des enfants ne sont pas correctement retenus. Une analyse sur les sièges ISOFIX montre une réduction des mauvaises utilisations et un profil sociologique spécifique des conducteurs. Parallèlement, le projet européen CASPER a conduit une enquête en ligne dans laquelle des parents ont été interrogés sur leur comportement et leurs connaissances en matière de sécurité des enfants. L’IBSR a contribué à sa diffusion en Belgique et a analysé les données belges. L’échantillon comprend 145 enfants dont 60% utilisent la voiture quotidiennement. De manière générale les parents sont convaincus que leurs enfants sont correctement retenus et minimisent les risques liés aux mauvaises utilisations. Enfin, 80% des parents considèrent les enfants, en distrayant le conducteur, comme une source potentielle d’accidents. Suite aux résultats et aux recommandations, il était prioritaire de mieux informer les parents sur les risques encourus par les enfants et de les sensibiliser à correctement attacher leurs enfants. Pour se faire l’IBSR a adapté ses actions de communications et de prévention comme présenté dans la dernière partie de cet article.

Mathieu Roynard, Philippe Lesire, Véronique Herve