Articles de recherche

(English) Female Drunk Drivers: Profiles, Experiences, and Implications

Nom de fichier 30.pdf
Taille du fichier 100 KB
Version 1
Date ajoutée 26 mai 2013
Téléchargé 6 times/fois
Catégorie 2013 CMRSC XXIII Montréal
Tags Session 2A
Author/Auteur Robyn Robertson, Erin Holmes

Résumé

Bien que les études montrent que les femmes composent une minorité en ce qui a trait au problème de la conduite en état d’ivresse, ce segment de la population suscite des préoccupations croissantes. En effet, on constateque plusieurs collisions à haut profil liées à l’alcool mettent en cause des femmes, sans compter l’augmentation en flèche des arrestations de femmes pour conduite en état d’ébriété aux États-Unis et la hausse sensiblement moins importante de leur présence, ces dernières années, dans des collisionsliées aux facultés affaiblies par l’alcool. L’absence de progrèsou la croissance prononcée de l’ampleur du problème, particulièrement en comparaison de la diminution substantielle de la conduite en état d’ivresse chez les hommes, justifie une attention plus poussée afin que l’on puisse mieux comprendre les caractéristiques du problème et éclairer l’élaboration de stratégies visant à renverser la tendance. Une recension de la littérature concernant le problème des conductrices aux facultés affaiblies, réalisée en 2011, a révélé qu’une grande partie des études sur le sujet datait déjà de quelques années. Elle a aussi montré que même si les conductrices en état d’ivresse ont un certain nombre de caractéristiques en commun avec les hommes, elles affichent par ailleurs des différences marquées, tout particulièrement en ce qui a trait aux troubles concomitants et à l’usage de drogues. Une deuxième étude a été entreprise afin de combler certaines lacunes dans les connaissances sur le sujet. Il s’agissait d’une recherche polyvalente incluant des groupes de discussion composés de plus de 150 délinquants primaires et récidivistes et des entrevues de 36 informateurs clés, en l’occurrence des professionnels traitants et des membres de la justice de quatre États. Les conclusions semblent montrer des profils différents pour les conductrices ivres. En outre, les résultats au sujet de leurs attitudes et de leurs expériences à l’égard de la justice et du systèmes de traitement offrent des pistes d’améliorations possibles. Il sera essentiel de renouveler les efforts d’examen de la question si l’on veut s’assurer que les femmes font l’objet d’interventions appropriées et efficaces.

Robyn Robertson, Erin Holmes