Articles de recherche

(English) Evaluating the Silverberry Action Plan to Reduce Vehicle Speed

Nom de fichier FINAL-PAPER-79.pdf
Taille du fichier 319 KB
Version 1
Date ajoutée 10 juin 2012
Téléchargé 4 times/fois
Catégorie 2012 CMRSC XXII Banff
Tags Session 7A
Author/Auteur Karim El-Basyouny, Scott McDonald

Résumé

L’excès de vitesse dans les zones résidentielles représente l’un des volets d’un ensemble de problèmes plus vaste associé à l’excès de vitesse et à la sécurité routière. Le problème a des répercussions sur la sécurité des usagers de la route vulnérables (piétons et cyclistes), notamment les jeunes enfants, et créé un sentiment d’insécurité qui est attribuable au risque d’être impliqué dans une collision de véhicules et à la gravité des blessures qui en résulte. Afin de résoudre le problème d’excès de vitesse dans le s zones résidentielles, la Ville d’Edmonton et l’Office of Traffic Safety, en collaboration avec les services de police d’Edmonton, ont élaboré un plan d’action pour réduire la vitesse des véhicules en ayant recours à une combinaison de mesures d’ingénierie correctives peu coûteuses (p. ex. peindre une ligne médiane) et de mesures additionnelles (telles que les activités d’application de la loi et de sensibilisation). Les incidences du plan d’action Silverberry sont examinées dans ce document. On suppose au départ que la réduction des vitesses de conduite permettrait d’améliorer le niveau global de sécurité en réduisant les risques de collision et en améliorant l’habitabilité de la collectivité. Cet objectif a été atteint en analysant des données sur la vitesse selon un concept expérimental avant/après qui fait appel à un groupe de référence. Plusieurs facteurs confondants ont été examinés, y compris la libre circulation, les conditions météorologiques, l’éblouissement, la période de la journée, le jour de la semaine et la classification du véhicule. Les résultats ont démontré que les vitesses étaient réduites pour toutes les combinaisons du jour de la semaine et de la période de la journée. Toutes les réductions étaient statistiquement significatives au seuil de signification 0,05. La réduction la plus élevée en vitesse moyenne a eu lieu le jour pendant la semaine, suivie de la nuit la fin de semaine. Dans l’ensemble, on a constaté une réduction de 5 % de la vitesse moyenne, ce qui correspond à une réduction globale de 2,6 km/h. Par ailleurs, on a constaté que l’écart de vitesse diminue avec la vitesse moyenne.

Karim El-Basyouny, Scott McDonald