Articles de recherche

(English) Effects of age and cognitive workload on lane choice and lane changing behavior

Nom de fichier Lavalliere.pdf
Taille du fichier 339 KB
Version 1
Date ajoutée 6 juin 2010
Téléchargé 3 times/fois
Catégorie 2010 CMRSC XX Niagara
Tags Gagnant du prix Dr. Charles H. Miller , Session 3A
Author/Auteur Martin Lavallière, Birsen Donmez, Bryan Reimer, Bruce Mehler, Kameron Klauber, Jarrod Orszulak, Joseph F. Coughlin, Normand Teasdale
Award/Prix Dr. Charles H. Miller

Résumé

Bob Baird and Martin Lavallière

Bob Baird and Martin Lavallière

Il est de plus en plus reconnu que les distractions cognitives au volant augmentent les risques d’êtres impliqués dans une collision en plus d’avoir des impacts sur la fluidité de la circulation. De plus, certains changements physiques et cognitifs normalement associés avec le vieillissement sont connus pour altérer les performances de conduite. Toutefois, on sait que certains comportements de conduite sont aussi associés à un meilleur jugement et à une prise de risque plus faible avec l’avancement en âge. Dans cette étude, une expérience sur route a été effectuée afin de déterminer les effets de l’âge et de la distraction cognitive sur le nombre de changements de voie effectués et les comportements qui y sont associés. Méthodes: Trois groupes d’âge (20’s: n=36, 40’s: n=35, et 60’s: n=35) ont été évalués dans un véhicule instrumenté. Lors de la conduite, une tâche secondaire de rappel (“n-back”) a été utilisée afin d’augmenter la charge cognitive du conducteur. Cette tâche requiert au participant d’écouter une série de chiffres qui lui est présentée. Le participant doit ensuite répondre par le chiffre présenté “n” position avant. Trois niveaux de difficulté ont été présentés : 0-, 1- et 2- chiffres précédemment. Des enregistrements vidéos ont été utilisés afin d’identifier le nombre de changements de voie et le temps passé dans la voie la plus à gauche. Résultats: Les résultats montrent que les conducteurs de 40’s ont 115% plus de chance d’effectuer un changement de voie que les conducteurs du groupe 60’s. De plus, les conducteurs dans les groupes 20’s et 40’s ont conduit pour une plus grande période de temps dans la voie la plus à gauche que le groupe 60’s (35.8%, 33.5% vs. 14.2% du temps possible, respectivement). Sans égard au groupe d’âge, effectuer une tâche cognitive a eu pour effet de diminuer le nombre de changement de voie (1.59, 1.57, et 1.95 fois pour le niveau de base vs. 0-, 1- et 2-“back”, respectivement). Conclusion: Les conducteurs âgés ont adopté une conduite dite plus conservatrice en n’utilisant pas la voie la plus à gauche autant que les conducteurs plus jeunes ainsi qu’en ne changeant pas de voie aussi régulièrement que les 40’s. La charge cognitive associée à la tâche secondaire a eu pour effet de diminuer le nombre de changements de voie chez tous les groupes. Ces résultats suggèrent que les conducteurs de tout âge tendent à réguler leurs comportements de conduite afin de diminuer les risques potentiels de collisions en réponse à l’ajout d’une tâche secondaire à la conduite.

Martin Lavallière, Birsen Donmez, Bryan Reimer, Bruce Mehler, Kameron Klauber, Jarrod Orszulak, Joseph F. Coughlin, Normand Teasdale