Articles de recherche

(English) Drug and Alcohol Use Among Drivers: Findings from the British Columbia Roadside Survey 2010;

Nom de fichier 2B-Erin-Beasley.pdf
Taille du fichier 193 KB
Version 1
Date ajoutée 8 mai 2011
Téléchargé 7 times/fois
Catégorie 2011 CMRSC XXI Halifax
Tags Session 2B
Author/Auteur Erin Beasley and Douglas J, Beirness

Résumé

Au printemps 2010, le gouvernement de la Colombie-Britannique a annoncé l’instauration, à compter de l’automne, de nouvelles mesures contre les conducteurs en état d’ébriété. Dans le cadre d’une évaluation des effets de ces mesures sur la conduite avec facultés affaiblies, une enquête aléatoire auprès de conducteurs nocturnes a été réalisée pour recueillir de l’information sur la prévalence de la consommation d’alcool et de drogues. De plus, l’enquête a approfondi les résultats tirés d’une enquête routière précédente en y ajoutant une ville du nord de la Colombie-Britannique et une de l’intérieur de la province. Des conducteurs ont été interceptés au hasard entre 21 h et 3 h, du mercredi au samedi soir, puis on leur a demandé de fournir volontairement un échantillon d’haleine pour mesurer leur taux d’alcoolémie (TA) et un échantillon de salive pour détecter la présence de drogues. L’enquête de 2010 a mesuré pour la première fois la quantité de cannabis présente dans les échantillons de salive. Au total, 2 840 véhicules ont été interceptés, et 86 % des conducteurs se sont soumis à l’alcootest et 71 % ont fourni un échantillon de salive. On a découvert que 9,9 % des conducteurs avaient bu. Plus important encore, 1,4 % des conducteurs présentaient un TA entre 50 et 80 mg % et 2,2 %, un TA supérieur à 80 mg %, ce qui inclut plusieurs personnes au TA supérieur à 160 mg %. On a aussi découvert que 7,2 % des conducteurs avaient pris de la drogue, le cannabis et la cocaïne étant les drogues les plus souvent détectées. Les taux de cannabis détectés dans les échantillons positifs montrent que les conducteurs en avaient consommé de grandes quantités avant de prendre le volant (le taux de la majorité des échantillons dépassait 40 ng/ml). Comme dans l’enquête de 2008, la consommation d’alcool était plus fréquente la fin de semaine et en fin de soirée; la consommation de drogues, quant à elle, se répartissait plus également pendant les nuits et heures d’enquête. Des différences ont été notées entre les diverses villes. La consommation d’alcool et de drogues chez les conducteurs demeure une pratique courante en Colombie-Britannique.

Erin Beasley and Douglas J, Beirness