Articles de recherche

(English) Driving performance on monotonous roads

Nom de fichier Larue.pdf
Taille du fichier 315 KB
Version 1
Date ajoutée 6 juin 2010
Téléchargé 2 times/fois
Catégorie 2010 CMRSC XX Niagara
Tags Session 3A
Author/Auteur Grégoire S. Larue, Andry Rakotonirainy, Anthony N. Pettitt

Résumé

Conduire sur autoroute a été largement réduit à une tache de maintien de trajectoire, notamment avec le développement des régulateurs de vitesse. Sur de telles routes les conducteurs peuvent rapidement perdre la motivation de conduire et porter leur attention hors de la route. C’est un problème en terme de sécurité routière, et ce particulièrement pour les professionnels de la conduite, car l’inattention au volant a été identifiée comme l’un des principaux facteurs contribuant aux accidents de la route. Il est estimé que l’inattention est responsable de 20 à 30% des accidents. De plus, le conducteur ne se rend pas compte que sa vigilance a diminué ainsi que sa capacité à conduire. Le développement d’interventions utilisant des systèmes intelligents de conduite doit être considéré pour répondre au problème des baisses de vigilance. Le présent article se veut d’identifier une large gamme de mesures modifiées lors de la conduite sur routes monotones, tant au niveau de la performance de la conduite que de la physiologie du conducteur. Ces mesures sont alors reliées à la monotonie de route, et plus spécifiquement à la monotonie du tracé de la route (ligne droites) et à la monotonie de l’environnement de conduite (paysage, panneaux, trafic). Les données sont recueillies à l’aide d’un simulateur de conduite équipé en plus d’un système de suivi des yeux, d’un moniteur cardiaque et d’un moniteur de l’activité électrodermale du conducteur (N=25 participants). Les deux dimensions de la monotonie sont variées (haut et bas), ce qui nécessite l’utilisation de quatre scénarios différents (40 minutes chacun). A l’aide de modèles linéaires généralisés mixtes (GLMMs), nous montrons que la conduite se détériore plus rapidement lorsque la route est monotone. Nous montrons aussi que la monotonie de la route se traduit par l’altération d’une variété de mesures de performance et de vigilance allant de la vitesse, la capacité de positionner le véhicule au centre de la route à des mesures physiologiques comme la variabilité du rythme cardiaque, la fréquence des clignements d’yeux ou l’activité électrodermale. Cette expérience informe donc les concepteurs de routes de l’importance de varier l’environnement de conduite. Cette recherche présente aussi une série de mesures qui peuvent être utilisées pour détecter en temps réel les pertes de performance lors de la conduite sur des routes monotones. De tels résultats peuvent conduire au développement d’un système installé dans le véhicule qui détecte les signes précurseurs de la perte de capacité à la conduite sur route monotone.

Grégoire S. Larue, Andry Rakotonirainy and Anthony N. Pettitt