Articles de recherche

(English) Coping with Aggressive Driving: Driver Accounts of How They Manage Themselves and Others to Reduce Conflict on the Road

Nom de fichier FINAL-PAPER-38.docx
Taille du fichier 57 KB
Version 1
Date ajoutée 10 juin 2012
Téléchargé 4 times/fois
Catégorie 2012 CMRSC XXII Banff
Tags Session 2B
Author/Auteur Alexia Lennon, Barry Watson

Résumé

Gérer l'agression des autres conducteurs sur la route est une aptitude importante lorsque l'on pense que conduire est une activité courante chez les adultes vivant dans des pays à forte motorisation. Bien que les agressions extrêmes (telles que les altercations) seraient rares sur la route, des formes moins prononcées, dont certaines sont dangereuses (comme par exemple coller au pare-chocs ou délibérément suivre un véhicule de trop près) sont apparemment fréquentes, et peut-être même en augmentation. Au mieux, ce phénomène a de fortes chances de rendre l'environnement routier plus stressant et, au pire, il augmente les risques d'accident en amplifiant non seulement le niveau des comportements dangereux sur la route, mais aussi la probabilité de voir des réactions qui vont aggraver la situation. Par conséquent, la nécessité pour les conducteurs de gérer des incidents conflictuels va probablement devenir de plus en plus importante. Cependant, peu d'études se penchent sur la façon dont les conducteurs gèrent leurs propres comportements agressifs sur la route et ceux des autres.

Récemment, une attention plus marquée a été portée aux processus cognitifs des conducteurs, notamment les attributs que les conducteurs confèrent à d'autres conducteurs. Ces attributs peuvent à leur tour influencer leurs propres réactions au volant, en particulier les réactions agressives ou dangereuses. L'étude ci-dessous était la première dans le cadre d'un programme plus vaste visant à explorer la conduite agressive, ciblé sur les processus cognitifs des conducteurs, leurs émotions et les motifs sous-jacents des comportements agressifs sur la route. Des entretiens qualitatifs et détaillés avec des conducteurs (n = 30, âgés entre 18 et 49 ans) ont été soumis à une analyse thématique en vue d'examiner ce que ressentent les conducteurs vis-à-vis de la conduite agressive. Sur la base de ces comptes-rendus, deux thèmes principaux ont été identifiés : d'une part la gestion de soi des conducteurs et, d'autre part, les tentatives des conducteurs d'influencer ou de gérer les autres conducteurs. Cet article décrit les sous-thèmes qui relèvent du thème principal de la gestion de soi. Ces sous-thèmes ont été classés sous les désignations « être magnanime », « se calmer », « ralentir », et « des excuses/de la reconnaissance ».

« Être magnanime » se rapporte à des situations dans lesquelles la personne interrogée se perçoit comme étant victime de la conduite agressive d'autrui et choisit délibérément de ne pas réagir. Toutefois, l'une des caractéristiques de ce sous-thème est qu'à la base de ce choix se trouve l'adoption d'une attitude moralement supérieure, ou d'un sentiment de magnanimité. " Se calmer " était une réaction plus générale non seulement vis-à-vis des comportements agressifs moins prononcés d'autres conducteurs, mais aussi vis-à-vis des frustrations générales au volant. " Ralentir " signifie réduire sa vitesse en réponse à la conduite agressive perçue d'autrui (dans bien des cas, coller au pare-chocs). Ce sous-thème semble être composé de deux motifs sous-jacents distincts. Le premier est une préoccupation réelle pour sa sécurité, tandis que le deuxième est davantage destiné à " faire payer " l'autre conducteur. Le "des excuses " fait référence à la façon dont les conducteurs modifient leurs réactions négatives lorsqu'un autre conducteur fait signe qu'il reconnaît avoir fait une erreur, indiquant ainsi qu'il s'excuse, ou lorsqu'il donne à la victime une reconnaissance en tant que personne. Ces sous-thèmes sont examinés sous l'angle de leurs implications en vue de comprendre la conduite agressive et d'intervenir afin de la réduire.

Alexia Lennon, Barry Watson