Articles de recherche

(English) Alcohol restrictions and drink driving in remote Indigenous communities in Queensland, Australia

Nom de fichier 44.pdf
Taille du fichier 141 KB
Version 1
Date ajoutée 26 mai 2013
Téléchargé 3 times/fois
Catégorie 2013 CMRSC XXIII Montréal
Tags Session 5A
Author/Auteur Michelle S. Fitts, Gavan R. Palk, Susan P. Jacups

Résumé

Diverses restrictions visant l’alcool sont imposées internationalement dans plusieurs populations indigènes afin de diminuer l’impact des dommages causés par la consommation d’alcool. En Australie, le gouvernement du Queensland a introduit en 2002—2003 un plan de gestion de l’alcool qui comporte des restrictionssur le transport et la vente d’alcool à la population indigène. Finalement une interdiction totale d’alcool a été imposée en 2008 à certaines communautés. Cette étude vise à identifier des changements dans les caractéristiques des contrevenants et des infractions qui sont le résultat de la stratégie de réduction de la disponibilité de l’alcool (SRS) de 2008. Des données ne comportant aucun renseignement nominatif en provenance de la Cour du Queensland et visant les accusations de conduite en état d’ébriété de quatre communautés indigènes ont été utilisées pourcomparer les situations avant (2006-2008) et après (2009-2011) l’introduction de la stratégie. Des analyses par régression de Poisson ont permis de comparer le nombre d’accusations de conduite en état d’ébriété au cours des deux périodes. Les caractéristiques des contrevenants (sexe et âge), les détails de l’infraction (taux d’alcoolémie, sentences et récidivisme) ont été examinés en utilisant le chi carré. Les analyses montrent une diminution des accusations après l’application de la stratégie (2008) dans trois communautés. Toutefois, uneaugmentation importante des arrestations pour conduite en état d’ébriété a été observée dans l’une des communautés à l’étude (IRR :1.26 (95% CI :1.23-1.28, p<0.01). De plus, on a constaté une diminution significative du taux d’alcoolémie chez les contrevenants d’une communauté (X²=5.07, p=0.02) alors qu’aucune diminution n’a été notée dans les trous autres communautés de l’étude. Finalement, nous avons constaté une augmentation significative (X²=17.36, p<0.01, X²=5.76, p=0.04) des contrevenants féminins dans deux des communautés. La réduction de la disponibilité d’alcool peut avoir des implicationsimportantes pour la sécurité routière en provoquant une réduction du nombre de contrevenants et du taux d’alcoolémie dans certaines communautés indigènes. Toutefois, une augmentation du nombre de contrevenantes et le peu de changementdans les détails des infractions dans d’autres communautés démontrent que la relation entre l’alcool et la conduite dans les communautés éloignées est complexe. Ainsi des stratégies additionnelles de réduction de la disponibilité d’alcool sont peut-être nécessaires pour traiter de la question des dommages à long terme causés par l’alcool.

Michelle S. Fitts, Gavan R. Palk, Susan P. Jacups